fr fr

Question sur le caractère déloyal de la publicité Intermarché

Dernière modification : samedi 30 mars 2019

Fidéliser ou défideliser les concurrents ?
Toutes les publicités ne sont pas poursuivies. Celle sur l’infidélité le sera elle ?

Deux points positifs,
- aucun concurrent ne semble individuellement visé, ni identifiable.
On se souvient que c’était tout l’enjeu de la publicité optique Visual.
- rien n’empêche le consommateur infidèle de revenir dans l’enseigne délaissée.

Points de critique :
- la publicité incite à contrevenir aux conditions d’utilisation en remettant à Intermarché des cartes des enseignes concurrentes (strictement personnelles et propriété de l’enseigne fidélisante)
- l’enseigne annonceur pourrait indument s’approprier les données personnelles associées à la carte de fidélité qui bien exploitées ont une valeur commerciale considérable.
- l’enseigne annonceur pourrait reprendre à son profit les cagnottes constituée dans l’enseigne délaissée,
- la publicité valorise à un prix dérisoire (cinq euros) , sinon dénigrant, l’engagement de fidélité aux enseignes concurrentes.
- la publicité utiliserait une méthode critiquable de captation indue de clientèle. pour un coût dérisoire, presque sans bourse délier,

Conclusion :

En définitive, si le caractère illicite de cette publicité pourrait ne jamais être sanctionné, nous déconseillons de telles prises de risques qui pourraient inutilement dégrader l’image de l’annonceur et à l’éthique discutable.

En revanche, on notera le caractère humoristique de l’accroche.

Mentions légales du site du Cabinet d'avocat Gilles buis.