fr fr

Pratiques commerciales déloyales : impact sur les lois antérieures

Dernière modification : lundi 12 octobre 2009

La jurisprudence de la Cour de Justice des Communautés européenne (CJCE) pourrait donner une vigueur insoupçonnée à la Directive 2005/29/CE sur les « pratiques commerciales déloyales » au détriment des lois en vigueur .

Passé sous le silence de la plupart des commentateurs, la (Directive 2005/29/CE) sur les « pratiques commerciales déloyales » pourrait bien constituer le socle du plus important bouleversement législatif du droit de la concurrence, de la distribution et de la consommation que nous ayons jamais connu depuis 60 ans.,

Points clefs qui expliquent ces bouleversements :

il s’agit d’une « Directive d’harmonisation » qui impose aux législateurs nationaux une transposition fidèle, dont la force obligatoire se rapproche du « Règlement », .

Si les points abordés par cette directive existaient déjà pour la plupart en doit national français, cette directive impose la substitution du texte européen au texte national dans un délai de six ans .

Pourraient ainsi à terme devoir encore être modifiées :

 Protection contre le dol (1109 C Civ)

 Abus de faiblesse (L 122-9 ancien)

 Obligation d’information du consommateur

 Prix et conditions de vente (113-3 C Conso, 518-1 et 312-1-1 C monétaire et Financier, )

 Caractéristiques bien et service (111-1 C Conso)

 Période disponibilité pièces détachées (111-2 C Conso)

 Vente à distance (121-23 et suiv C Conso)

 et bien d’autres dispositions encore ...

Le délai de « toilettage » du droit antérieur doit être relativisé, le texte européen étant prépondérant et le juge ayant l’obligation de vérifier la conformité des lois nationales.

Et surtout, ! ...

Alors que le législateur Français a cru pouvoir « ajouter » les infractions issues de la directive aux dispositions existantes, et ne substituer que celles relatives à la publicité mensongère, les règles posées par la Directive ont en réalité vocation à se substituer à la législation antérieure,

Les premières décisions de la CJCE ont déduit de la Directive le principe d’une impossibilité de maintenir en droit national les interdictions non listées dans la Directive.

Par deux premières décisions (Arrêt du 23 avril 2009, VTB-VAB, C-261/07 et 299/07), la CJCE a considéré que n’était plus applicable la règlementation Belge relatives à la Vente subordonnée.

Une troisième décision est attendue en matière de loterie.

Sur le fond, la Cour constate que, selon l’article 4 de la directive, celle-ci procède à une harmonisation complète de la matière relative aux pratiques déloyales.

Dès lors, les Etats membres ne peuvent "adopter des mesures plus restrictives que celles définies par la directive, même aux fins d’assurer un degré plus élevé de protection des consommateurs".

Or, les offres conjointes ne font pas partie de la liste noire de pratiques systématiquement interdites prévue à l’annexe I de la directive. Elles ne peuvent donc être interdites !

A la lecture de ces décisions, il convient aujourd’hui de s’interroger sur la pertinence des règles françaises relatives à :

- l’interdiction des loteries payantes

- l’interdiction de la vente avec prime,

et même, il faut désormais l’envisager ...

- de la prohibition de la revente à perte au consommateur.

La simple comparaison entre l’architecture de la directive et celle retenue par le législateur français donne la mesure des réformes attendues .

A cet égard, la lectue de l’administation dans sanote de service "confidentielle" n°2009-07 parait bien en retrait de la jurispudence.

Principe :

Les pratiques commerciales déloyales sont interdites.

 la directive définit, en utilisant une formulation particulièrement large, la notion de pratique commerciale comme « toute action, omission, conduite, démarche ou communication commerciale, y compris la publicité et le marketing, de la part d’un professionnel, en relation directe avec la promotion, la vente ou la fourniture d’un produit aux consommateurs ».

 Une liste des pratiques commerciales interdite est donnée dans la Diective.

 Cette liste doit être considérée comme exhaustive

Mentions légales du site du Cabinet d'avocat Gilles buis.